Aller et retour dans la chambre blanche, Denis Roche

9 novembre 2016 - 29 janvier 2017
vernissage : lundi 7 novembre, de 18h à 21h30
commissaire : Caroline Cournède

Du 9 novembre 2016 au 29 janvier 2017, la Maison d’Art Bernard Anthonioz à Nogent-sur-Marne présente une exposition de photographies de Denis Roche (1937-2015) intitulée Aller et retour dans la chambre blanche, dont le commissariat est assuré par Caroline Cournède. L’exposition réunit un ensemble d’une cinquantaine de photographies dont certaines inédites, commentées de la main de l’artiste et issues du livre La disparition des Lucioles paru en 1982 aux Éditions de l’Étoile et réédité cette année, ainsi que d’autres, iconiques ou moins connues, mais qui relèvent toutes d’une même logique du déplacement.

Cette relation au déplacement à l’œuvre dans les photographies présentées intervient ainsi dans le déplacement physique de Denis Roche, entre l’ici (le lieu où il appuie sur le déclencheur) et l’ailleurs (l’endroit où il n’est pas ou plus), comme dans la manipulation de son appareil photographique qu’il n’hésite pas à retourner ou à détourner de ses usages, de ses cadrages habituels ou de sa qualité signifiante. Cet appareil, récurrent dans bon nombre de ses photographies, peut alors s’envisager comme une extension et une incarnation de l’artiste, ou bien encore comme un questionnement de l’acte photographique. Au-delà de ce seul déplacement physique, ce déplacement apparaît également dans sa dimension temporelle, entre rapprochement ou espacement des prises de vue, dans la distance entre le temps vécu et le temps représenté, comme dans le transfert du regard du photographe à un instant donné à celui d’un regardeur à un tout autre moment.

Au fil des œuvres, le parcours de l'exposition ébauche alors un récit fait d’ellipses – discontinuités entre les photographies, sauts dans le temps et l’espace – dans lequel s’insèrent des bribes de textes de Denis Roche, les légendes des photos, ainsi que des commentaires issus du livre La disparition des Lucioles. Ce récit photo-biographique prend alors des allures de story-board : le film est en marche.

Le titre de l’exposition : Aller et retour dans la chambre blanche, en référence à un chapitre de La disparition des Lucioles, peut alors se lire de multiples façons : il annonce cet enjeu du déplacement en insistant sur le « et » qui marque la dimension double du mouvement ; il introduit la question de l’intime ; il pose la question de la pratique photographique en réponse à La Chambre Claire de Roland Barthes, et il rapproche, dans cette idée de va-et-vient, les deux pratiques que Denis Roche fit siennes, celle de l’écriture et de la photographie, dans cet entre-deux, cet espace blanc où tout peut advenir, celui de la création artistique.