Ecriture et abstraction

Festival international de calligraphie contemporaine
28 juin — 6 août 2006

La Maison d'Art Bernard Anthonioz a Nogent-sur-Marne a accueilli cette année, la première édition du Festival international de calligraphie contemporaine sur le thème "Ecritures & Abstraction" et nous a ainsi donné l'occasion de porter un nouveau regard sur cette discipline.

Cette année, la calligraphie occidentale, la plus proche tant géographiquement que culturellement et pourtant grande oubliée du public a été privilégiée.

Le calligraphe belge Roger Willems, spécialiste du "pinceau fou", a été l'invité l'honneur de cette première édition.

PRÉSENTATION DES CALLIGRAPHES

Els Baekelandt, née en 1963, Belgique Elle a su trouver sa route tout en restant polyvalente. Elle peut ainsi travailler sur un logo, concevoir une griffe, dessiner des titrages, créer des cartes de vœux ou mettre en page des revues ou des livres. Elle consacre beaucoup de temps à la peinture gestuelle et expérimente une multitude de techniques différentes : gouache, aquarelle, gravure, collage.

Elisabeth Domergue, née en 1958, France Ancienne élève de l’ENS Cachan, Elisabeth Domergue est professeur agrégé d’arts appliqués. Elle se tourne vers la calligraphie en 1992 pour chercher les réponses à un questionnement impossible sur les usages de la lettre. Avec ses proches, des graphistes, des étudiants, elle fonde l’association L’Esperluette en 1996 pour promouvoir la calligraphie et la création typographique.

Vincent Géneslay, né en 1969, France « La calligraphie représente à mes yeux la forme musicale du trait. Elle est un acte créateur, comme est acte créateur tout geste empreint d’intention, de conscience, de maîtrise et de respiration. » Vincent Géneslay est membre co-fondateur en 1993 de l’association Scripsit qu’il dirige actuellement avec Véronique Sabard.

Denise Lach, née en 1952, France Denise Lach enseigne la sérigraphie à l’Ecole de Design de Bâle depuis 1998. Elle quitte les chemins de la calligraphie soignée et bien lisible. Le tissage des mots et des textures la fascine. Ces jeux inépuisables d’écriture sur les supports les plus variés permettent d’élargir le vocabulaire graphique et d’enrichir l’expression personnelle.

Massimo Polello, né en 1970, Italie Massimo Polello enseigne la calligraphie dans l’association Dal Segno alla Scittura à Turin, dont il est le président depuis 2004. Outre son travail de graphiste free-lance et ses stages calligraphiques en Italie et à l’étranger, il s’est spécialisé dans la calligraphie murale. Il vient d’ailleurs de réaliser une vidéo sur l’écriture de Léonard de Vinci pour les Archives d’Etat de Florence (présentée dans le cadre de l’exposition).

Laurent Rébéna, né en 1963, France « Traces, signes, lettres sont autant d’objets de curiosité et de fascination. Chaque écriture, chaque outil est un potentiel de rencontre, de jeu, de joie. La difficulté est de réaliser un trait qui sans avoir du sens, ne soit pas gratuit. Qui sans être nécessairement beau, soit intense, vivant. » Laurent Rébéna travaille au sein de l’association Calligraphis dont il est un des membres fondateurs.

Elmo van Slingerland, né en 1964, Pays-Bas « A regarder mon propre travail et celui des autres, je trouve que la forme est l’un des aspects les plus importants. Tous les autres aspects, telle que l’interprétation du texte et l’expression, peuvent être le point de départ d’un travail mais ne saurait dissimuler la qualité de la forme. » Elmo van Slingerland est concepteur en arts graphiques.

Roger Willems, né en 1929, Belgique Invité d’honneur Graphiste de profession, Roger Willems s’intéresse particulièrement à la lettre typographique. Et comprend la nécessité de la pratique calligraphique pour saisir l’essence de la lettre. Retraité, Roger a le privilège de n’avoir plus d’impératifs de commandes par rapport à la calligraphie. Dégagé des formes conventionnelles, il opte pour l’utilisation du pinceau pointu. D’où le surnom qui lui est attribué : le pinceau fou.